Pierre Lassave

Adresse : pierre.lassave[at]orange.fr

Directeur de recherche émérite

Parcours

Né en 1948 à Marseille, élève au Lycée Thiers, Pierre Lassave fait des études de sociologie, d’ethnologie et d’économie politique aux facultés d’Aix-en-Provence. Il soutient en 1974 une thèse de sociologie urbaine sur l’histoire de la politique d’urbanisme de la ville d’Aix-en-Provence, sous la direction de Georges Granai (1922-1981) : L’institution communale d’Aix-en-Provence, vingt années de politique urbaine (1954-1974), Université d’Aix-Marseille, Institut d’Aménagement Régional, 409 p. Après sa thèse, il devient en 1975 chargé d’études au Centre d’études techniques de l’équipement de l’Est, à Metz, où il coordonne des enquêtes de socio-économie sur l’habitat et les transports dans les villes moyennes et les espaces péri-urbains. En 1982, il est nommé directeur d’études au Centre d’études des transports urbains, à Bagneux, où il développe un programme d’études et de recherche sur la mobilité urbaine et l’organisation des transports. Il est notamment conseiller scientifique auprès du cabinet du ministère des transports pour l’expérimentation des « Plans de déplacements urbains » dans le cadre de la Loi d’orientation des transports intérieurs (LOTI). En 1991, il devient chargé de mission en recherche urbaine (Plan Urbain) et soutient en 1995 une seconde thèse de sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales sous la direction de Jean-Claude Chamboredon (1938-2020) : Le ministère urbain des sociologues. Approche d’une configuration intellectuelle, Paris, EHESS, 632 p. Cette enquête historique de sociologie de la sociologie fait l’objet d’une monographie : Les sociologues et la recherche urbaine dans la France contemporaine (1997). Elle fournit également la matière d’un récit de fiction, La seconde thèse (1999), qui est à l’origine d’un nouveau programme de recherche explorant les liens entre écriture littéraire et scientifique. Ce dernier débouche sur un essai d’épistémologie analytique : Sciences et littérature. Concurrence, complémentarité, interférences (2002).

De 1995 à 2006, le chercheur est également corédacteur en chef des Annales de la recherche urbaine et enseignant à l’Université Paris-X-Nanterre. En 2002 il soutient sa thèse d’habilitation à diriger des recherches en sciences sociales à l’Université Paris-V-Sorbonne sous la direction de Jean-Michel Berthelot (1945-2006). Directeur de recherche mis à la disposition du CNRS en 2006, il intègre le Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux (CEIFR, laboratoire créé en 1993 par Danièle Hervieu-Léger par association de l’EHESS et du CNRS), sur un programme de mise en regard des genres d’écriture à partir de la « Bible des écrivains » (2001), traduction novatrice des écritures canoniques associant deux à deux exégètes et écrivains. Son étude est publiée sous le titre : Bible : la traduction des alliances. Enquête sur un événement littéraire (2005). Elle s’enchaine par une enquête ethnographique et historique sur un milieu savant de longue tradition mais peu connu de la sociologie : les exégètes biblistes pratiquant la méthode historico-critique. Une monographie, L’appel du texte. Sociologie du savoir bibliste (2011) en tire le bilan.

De 2007 à 2017, l’auteur est également corédacteur en chef des Archives de sciences sociales des religions. Outre ses charges éditoriales, il coordonne notamment deux numéros thématiques dans cette revue, Traduire l’intraduisible (2009), exploration de ce que la traduction fait aux textes sacrés, et Durkheim : les formes élémentaires de la vie religieuse. Retour sur un héritage (2012), qui revient sur cent ans de réception du grand livre de Durkheim. Ce retour à la sociologie historique de la sociologie le conduit à lancer un programme de recherche collectif sur l’histoire des sciences sociales du religieux au sein du Centre d’études des sciences sociales du religieux (CéSor, EHESS-CNRS). Un programme qui articule la généalogie de la sociologie des religions avec le recueil et le classement des archives personnelles des principaux refondateurs de cette spécialité d’après-guerre (Gabriel Le Bras, Henri Desroche, François-André Isambert, Émile Poulat, Jacques Maître, Jean Séguy). Deux publications marquent ce projet. D’abord une monographie : La sociologie des religions. Une communauté de savoir (2019), enquête sur le milieu savant constitué par cette spécialité. Ensuite un collectif dirigé, Cinq vies de recherche. À la naissance des Archives (2020), biographies croisées des fondateurs de la revue Archives de sociologie des religions créée en 1956 (devenue Archives de sciences sociales des religions à partir de 1973).

Publications récentes

Livres

La sociologie des religions. Une communauté de savoir, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « En temps et lieux », 2019, 410 p.

L’appel du texte. Sociologie du savoir bibliste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Sciences des religions », 2011, 206 p.

Bible : la traduction des alliances, Enquête sur un événement littéraire, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2005, 270 p

Sciences sociales et littérature. Concurrence, complémentarité, interférences, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Sociologie d’aujourd’hui », 2002, 244 p.

La seconde thèse, Bruxelles, Revue de l’Institut de sociologie, 1999, p. 7-164.

Les sociologues et la recherche urbaine dans la France contemporaine, Toulouse, Presses universitaires de Toulouse, coll. « Socio-logiques », 1997, 398 p.

Ouvrages collectifs dirigés

– « Cinq vies de recherche. À la naissance des Archives », Archives de sciences sociales des religions, Hors-série, 2020, 230 p.

– « Durkheim : Les formes élémentaires de la vie religieuse (1912). Retour sur un héritage », Archives de sciences sociales des religions, 159/2012, 263 p.

– « Traduire l’intraduisible », Archives de sciences sociales des religions, 147/2009, 240 p.

– « Urbanité et liens religieux », Annales de la recherche urbaine, 96/2004, 176 p.

– « Villes et guerres », Annales de la recherche urbaine, 91/2001, 184 p.

Mobilités spatiales, question de société, (avec A. Haumont), Paris, L’Harmattan, coll. « Habitat et sociétés », 2001, 196 p.

Articles, chapitres, entrées

– « Portraits en groupe », in « Cinq vies de recherche. À la naissance des Archives », Archives de sciences sociales des religions, Hors-série, 2020, p. 11-40.

– « François-André Isambert : jointures et brisures », in « Cinq vies de recherche. À la naissance des Archives », Archives de sciences sociales des religions, Hors-série, 2020, p. 83-117.

– « Les formes élémentaires de la vie religieuse, premières objections et séductions anglophones », Archives de sciences sociales des religions, N° 184, 2018, p. 11-23.

– « Le Groupe de sociologie des religions (1954-1995). Eléments de parcours », in Sociologues en quête de religion (C. Béraud, B. Duriez, B. de Gasquet, eds.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Sciences des religions », 2018, p. 15-25.

« In memoriam François-André Isambert (1924-2017), Archives de sciences sociales des religions, N° 177, 2017, p. 9-13.

– « Archives de sciences sociales des religions, l’alerte soixantaine », La Revue des revues, N° 57, 2017, p. 96-101.

– « In memoriam François-André Isambert (1924-2017), Revue française de sociologie, N° 58-1, 2017, p. I-II.

« Les traditions nationales en sociologie des religions », Archives de sciences sociales des religions, N° 176, 2016, p. 177-192.

– « Postface. Historiographèmes », Faiseurs d’histoire. Pour une histoire indisciplinée (P. Gumplowicz, A. Rauwel, P. Salvdori, eds.), Paris, Presses universitaires de France, 2016, p. 257-275.

– « Retour sur et avec Jean-Pierre Deconchy (1934-2014) », Archives de Sciences Sociales des Religions, N° 172, 2015, p. 13-24.

– « Re-founding the Sociology of Religions. From Emile Durkheim to the Groupe de Sociologie des Religions and Beyond », in Sociologies of Religion : National Traditions (A. J. Blasi & G. Giordan, eds.), Brill Publishers, 2015, p. 232-267.

– « Les sociologues des religions et leur objet », Sociologie, N° 2, Vol. 5, 2014, p. 191-206.

– « Autoportraits de sociologues des religions », Archives de sciences sociales des religions, N° 164, 2013, p.79-84.

– « Voyage au pays des biblistes », Cahiers Évangile, N° 163, 2013, p. 63-69.

– « Introduction : Des controverses aux héritages », in « Durkheim : Les formes élémentaires de la vie religieuse (1912) », Archives de sciences sociales des religions, N° 159, 2012,  p. 9-16.

– « Les Formes dans les Archives : filiation, refondation, référence » », in « Durkheim : Les formes élémentaires de la vie religieuse (1912) », Archives de sciences sociales des religions, N° 159, 2012, p. 89-111.

– « La Bible, l’Église et l’Université. Une transmission incertaine », in Catholicisme en tensions, (C. Béraud, F. Gugelot, I. Saint-Martin, dir.), Paris, Éditions EHESS, 2012, p.  293-305.

– « Les mots des dictionnaires », Archives de Sciences Sociales des Religions, N° 156, 2011, p. 13-30.

– « Texte », in Dictionnaire des faits religieux, (R. Azria, D. Hervieu-Léger, dir.), Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2010, p. 1224-1230.

– « Traduire l’intraduisible », Archives de Sciences Sociales des Religions, N° 147, 2009, p. 9-19.

– « Jésus après Arte. Retour sur une trilogie », Esprit, N° 356, 2009, pp. 69-83.

– « Code, codex et autres affaires », Archives de Sciences Sociales des Religions, N° 144, 2008, p. 109-123.

« Etre sociologie et anthropologie des religions. Manuels de poche », Archives de Sciences Sociales des Religions, N° 142, 2008, p. 151-167.

« Ce que les Écritures saintes font à leur science. Vers une sociologie de l’exégèse biblique contemporaine », Archives de Sciences Sociales des Religions, N° 139, 2007, p. 47-66.

– « Les écrivains de la Bible Nouvelle Traduction », in La croix et la bannière. L’écrivain catholique en francophonie (XVIIe-XXIe siècles), (A. Dierkens, F. Gugelot, F. Preyat, C. Vanderpelen-Diagre, dir.), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, coll. « Problèmes d’histoire des religions », Tome XVII, 2007, p. 173-181.

– « Sur le chemin du conatus », in Itinéraire d’un pragmatiste. Autour d’Isaac Joseph, (D. Cefaï, C. Saturno, dir.), Paris, Economica, coll. « Études sociologiques », 2007, p. 57-64.

« Sociologie de la traduction, l’exemple de la ‘Bible des écrivains’», Cahiers Internationaux de Sociologie, Vol. 120, 2006, p. 133-154.

« Vies de biblistes : tensions et dénouements », Archives de Sciences Sociales des Religions, N° 134, 2006, p. 121-133.

« Les tribulations d’une Bible dans les médias », Archives de Sciences Sociales des Religions, N° 134, 2006, pp. 9-35.

– « Les écrivains et la nouvelle traduction de la Bible », Le Magazine Littéraire, N° 448, décembre, 2005, p 50-52.

– « La recherche urbaine en France autour des années 1980. Eclatement ou redéploiement ? », in L’Etat à l’épreuve des sciences sociales (J. Chevallier, dir.), Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2005, p. 187-215.

– « Sciences, arts et lettres dans les manuels de sociologie », Opus/Sociologie de l’art, N° 6, 2004, p 47-68.

– « Jeu d’écritures », Les Cahiers du SACO, Université de Poitiers, N° 1, 2003, p 19-29.

– « Sciences sociales/littérature : la fin des hostilités ? », Sciences Humaines, N° 134, 2003, p. 22-25.

– « Jeu d’écritures, entre sociologie et littérature », Littérature et sciences sociales, (A. Guillemin, dir.), Paris, L’Harmattan, Collection Logiques Sociales, 2003, p. 71-88.

– « Le puzzle des graphies chez Michel Leiris », Gradhiva, Paris, n° 27, 2000, p. 15-25.

– « Jean Duvignaud, Passion dédoublée », L’internationale de l’Imaginaire, Arles, n° 12, 2000, p. 177-191.

– « La seconde thèse. Récit », Revue de l’Institut de Sociologie, n°1-4/96, Bruxelles, 1999, p. 7-164.

– « Dialogues avec la littérature : Louis Chevalier et Jean Duvignaud », Genèses, n° 34, Paris, 1999, p. 114-130.

– « La ville entre les lignes de la science et du roman », Espaces et Sociétés, n° 94, Paris, 1998, p. 11-29.

– « Retours sur les liens entre littérature et sciences sociales », Cahiers Internationaux de Sociologie, vol 104, Paris, 1998, p. 167-183.

– « La sociologie au risque de la ville », Enquête, Histoire, Anthropologie, Sociologie, n° 4, Marseille, 1997, p. 161-175.

Comptes rendus (années 2010)

– (Véronique Altglas, Matthew Wood, eds., Bringing Back the Social into the Sociology of Religion. Critical Approaches, Leyde, Boston, Brill, coll. « Studies in critical research on religion », 2018), Archives de Sciences Sociales des Religions, 188/2019, p. 250-252.

– (Souleymane Bachir Diagne, Jean-Loup Amselle, En quête d’Afrique (s). Universalisme et pensée décoloniale, Paris, Albin Michel, 2018), Archives de Sciences Sociales des Religions, 188/2019, p. 308-310.

– (Claire Taillandier, Philippe Cibois, Adieu à l’Église. Sociohistoire d’un départ, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2018), Archives de Sciences Sociales des Religions, 184/2018, p. 373-375.

– (Claude Hagège, Les religions, la parole et la violence, Paris, Éditions Odile Jacob, 2017), Archives de Sciences Sociales des Religions, 180/2017, p. 353-355.

– (François Burgat, Comprendre l’islam politique. Une trajectoire de recherche sur l’altérité islamiste – 1973-2016 -, Paris, La Découverte, 2016), Archives de Sciences Sociales des Religions, 180/2017, p. 296-298.

– (Salvador Juan, L’école française de socioanthropologie, Auxerre, Éditions Sciences humaines, 2015), Sociologie, 3-7/2016, p. 315-318.

– (Jean-François Bert, dir., Henri Hubert et la sociologie des religions, Liège, Presses universitaires de Liège, coll. « Religions », 2015), Archives de Sciences Sociales des Religions, 176/2016, p. 270-272.

– (Céline Béraud, Philippe Portier, Métamorphoses catholiques. Acteurs, enjeux et mobilisations depuis le mariage pour tous, Paris, Éditions de la MSH, coll. « Interventions », 2015), Archives de Sciences Sociales des Religions, 172/2015, p. 255-256.

– (Jean Baubérot, Une si vive révolte, Paris, Les éditions de l’Atelier, 2014), Archives de Sciences Sociales des Religions, 168/2014, 120-123.

– (Guillaume Cuchet, Faire de l’histoire religieuse dans une société sortie de la religion, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013), Archives de Sciences Sociales des Religions, 164/2013, p.167-169.

– (Grave Davie, The Sociology of Religion. A Critical Agenda, London, Sage Publications, 2013), Archives de Sciences Sociales des Religions, 164/2013, p. 176-179.

– (Anne Gotman, Ce que la religion fait aux gens. Sociologie des croyances intimes, Paris éditions de la MSH, 2013), Archives de Sciences Sociales des Religions, 164/2013, p. 203-205.

– (Jean-François Bert, Marcel Mauss, Henri Hubert et la sociologie des religions. Penser et écrire à deux, Paris, La Cause des livres, 2012), Archives de Sciences Sociales des Religions, 160/2012, p. 119-121.

– (Claudine Gauthier, La décapitation de Saint jean en marge des évangiles. Essai d’anthropologie historique et sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Homme et société », 2012), Archives de Sciences Sociales des Religions, 160/2012, p. 179-181.

– (Pierre Gisel, Traiter du religieux à l’université. Une dispute socialement révélatrice, Lausanne, Antipodes, coll. « Contre-pied », 2011), Archives de Sciences Sociales des Religions, 160/2012, p. 195-197.

– (Shmuel Trigano, dir., Controverse sur la Bible, Paris, Éditions In Press, coll. « Pardès – Études et culture juives », 2011), Archives de Sciences Sociales des Religions, 160/2012, p. 295-297.

– (Alfred Loisy, La crise de la foi dans le temps présent (Essais d’histoire et de philosophie religieuses). Texte inédit publié par François Laplanche, suivi des études de Rosanna Ciappa, François Laplanche, Christoph Theobald. Avant-propos de Claude Langlois. Turnhout, Brépols Publishers, coll. « Bibliothèque de l’Ecole des hautes études. Sciences religieuses », Vol. 144, 2010, 792 p.), Archives de Sciences Sociales des Religions, 156/2011, p. 200-202.

– (Joseph Ratzinger-Benoît XVI, Jésus de Nazareth. Deuxième partie. De l’entrée à Jérusalem à la Résurrection, Monaco, Éditions du Rocher-Groupe Parole et Silence, 2011, 350 p.), Archives de Sciences Sociales des Religions, 156/2011, p. 262-265.

– (Pierre Gibert, L’invention critique de la Bible, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard-NRF, coll. « Bibliothèque des histoires », 2010), Archives de Sciences Sociales des Religions, 152/2010, p. 109-112.

– (Shafique Keshavjee, Une théologie pour temps de crise. Au carrefour de la raison et de la conviction, Genève, Labor et Fides, coll. « Lieux théologiques », 2010), Archives de Sciences Sociales des Religions, 152/2010, p. 130-133.

– (Michel Deneken, Francis Messner, dir., La théologie à l’Université. Statut, programmes et évolutions, Genève, Labor et Fides, coll. « Religions et modernité », 2009), Archives de Sciences Sociales des Religions, 152/2010, p. 75-77.

Vidèo

 

 

Share This: