Présentation du Programme interdisciplinaire « Sciences sociales du religieux » (2013-2016)

 

Le CéSor est né du montage d’un Programme de recherche interdisciplinaire (PRI) « Sciences sociales du religieux » lancé avec l’aval du conseil scientifique de l’ÉHESS à l’automne 2012. Trois ans durant (janvier 2013-mai 2016), le PRI a œuvré à dynamiser différents axes de travail qui sont désormais au centre des activités de l’équipe et constituent une base de collaborations extérieures : au sein de l’École, avec différentes équipes relevant d’aires culturelles spécifiques, tel le Centre Inde ; à l’extérieur, dans le cadre de la Communauté universitaire Paris Sciences et Lettres et les réalisations du Campus Condorcet.

Le montage du PRI « Sciences sociales du religieux » dans le cadre des activités transversales de l’ÉHESS résultait de deux constats simples. Le premier : de nombreux centres, groupes ou enseignants-chercheurs et chercheurs singuliers de l’École touchent la question sociale, politique, artistique, intellectuelle de la place du religieux dans les sociétés humaines, aussi bien en Europe qu’hors d’Europe, et aussi bien dans le monde contemporain que dans différents moments historiques. Le second : cette nébuleuse n’a jamais pris la forme d’une structure déterminée qui intégrerait l’ensemble des forces qui la constituent. Le CEIFR ou le CARE, qui représentaient les tentatives les plus abouties dans ce domaine, n’ont jamais prétendu absorber la diversité extrême de cette réalité. Il s’est donc agi avec ce PRI tout à la fois de faire apparaître par la circulation de l’information les multiples travaux, séminaires, publications, interventions dans le domaine du religieux au sein de l’École, et de promouvoir des recherches communes, mobilisant le plus largement possible entre les disciplines, les périodes, les « aires culturelles ». Outre la création du CéSor (réunion de trois équipes antérieures : CEIFR, CARE et Centre d’études byzantines), les activités multiformes du PRI peuvent se résumer comme suit :

  1. Suite et fin du Dictionnaire dynamique des faits religieux
  2. Séminaire « Théologie et sciences sociales »
  3. Journées d’étude « Ecclésiologie et théories anciennes de la société »
  4. Journées d’étude et séminaire sur les « Archives du Groupe de Sociologie des religions (GSR) »

 

Share This:

i