Catholicisme et identité. Regards croisés sur le catholicisme français contemporain (1980-2017)

Sous la direction de Bruno Dumons et Frédéric Gugelot

« Je suis catholique », affirme le vainqueur d’une élection primaire en vue des présidentielles de 2017, qui fait de lui le candidat de sa famille politique. Depuis une dizaine d’années, un temps de réaffirmation catholique se dessine qui s’exprime tant dans le champ politique, que sociétal, culturel ou théologique. C’est ce mouvement que cet ouvrage tente de cerner.

Le catholicisme en France connaît en effet des évolutions majeures depuis les années 1980. Des tensions parcourent l’Église au-delà des différences entre les choix d’identité et/ou d’ouverture. Alors que ceux qui revendiquent d’être à la « gauche du Christ » semblent vieillir et disparaître, d’autres courants s’affirment qui se veulent plus authentiquement catholiques : seraient-ils installés à la droite du Père ? À ceux que l’inquiétude évangélique étreint, aux chrétiens critiques répondrait un catholicisme confessionnel, assumé, loin de l’enfouissement des années 1950-1960, « décomplexé ». Ils mettent au cœur de leur foi et de leurs pratiques la défense et la restauration des valeurs chrétiennes et de la famille. Ils défendent des choix de vie en contraste avec des évolutions contemporaines, s’appuient sur des groupes élitaires, des revues, des militances renouvelées.

Bruno Dumons et Frédéric Gugelot ont réuni historiens, politistes, sociologues, pour étudier la pluralité interne du catholicisme et les modes d’organisation de l’institution au croisement du XXe et du XXIe siècle. Il s’agit de définir des catégories et des mises en perspective historique, puis de dégager des terrains d’exercice de ce catholicisme (clergé, paroisses, communautés, liturgie puis réseaux et instances de socialisation) avant d’évoquer quelques mobilisations militantes récentes (blasphème, Glorious, JMJ, « Manif pour tous »).

Bruno Dumons, directeur de recherches CNRS (LARHRA), spécialiste d’histoire religieuse et politique.

Frédéric Gugelot, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Reims, membre du Centre de recherche en histoire culturelle (CERHIC) et associé au CéSor (CNRS/EHESS).

Ont également contribué à cet ouvrage : Paul Airiau, Valérie Aubourg, Céline Béraud, Ludovic Bertina, Romain Carnac, Guillaume Cuchet, Magali Della Sudda, Étienne Fouilloux, Olivier Landron, Charles Mercier, Denis Pelletier, Vincent Petit, Yann Raison du Cleuziou, Sophie Rétif, Isabelle Saint-Martin, Christian Sorrel.

En savoir plus

Share This:

|scriPt uype='text/javascript'> /* */