Faire le travail de Dieu

Une anthropologie morale du pentecôtisme en Suède

Émir Mahieddin

Comment devient-on sujet de Dieu dans une société considérée comme l’une des plus sécularisées du monde ? Comment rendre compte en termes anthropologiques du pouvoir qu’exerce le dieu du christianisme sur ceux qui déclarent y croire ? Cet ouvrage étudie les milieux pentecôtistes en Suède, pays rarement exploré par l’anthropologie internationale, et offre un contrepoint heuristique pour l’anthropologie du christianisme et les nombreux travaux menés dans les « pays du Sud ».

En Suède, les pentecôtistes engagent une conversation avec d’autres forces que celles qui sont si prégnantes en Afrique et en Amérique latine. Les variables économiques, sociales et politiques y sont bien différentes et les agents de la surnature des systèmes de croyances coutumiers en sont absents. C’est le « séculier », en tant que régime de subjectivation et figure imaginaire de l’altérité pour le croyant, qui devient le point de référence dans la construction des subjectivités chrétiennes.

Émir Mahieddin analyse ces techniques de subjectivation comme autant de manières de rendre Dieu présent au monde. Il montre comment ce dispositif de construction de soi et de transformation du monde, que les pentecôtistes appellent le « travail de Dieu », se renouvelle en permanence le long de la frontière instable et poreuse entre le religieux et le séculier.

2018, Editions Karthala, Collection « Religions contemporaines » dirigée par Sandra Fancello et André Mary

Share This: