Université d’été – Thessaloniki  du 1er au 11 juillet 2019 

Les Réseaux à Byzance

Sous la direction scientifique de Paolo Odorico

La réforme de l’enseignement supérieur comporte des contraintes pour les établissements universitaires en ce qui concerne la façon de fournir un enseignement à la fois formateur et de spécialisation. Désormais la plupart des pays européens ont choisi la voie dite « des accords de Bologne », qui prévoit trois (parfois quatre) ans d’études préliminaires (licence, laurea, ptycheio etc.), deux ans d’études intermédiaires (master, laurea specialistica, metaptychiako etc.), et trois ans de doctorat. C’est justement pour mieux former les étudiants du deuxième et troisième degré que des Écoles d’été sont mises en place dans toute la Communauté Européenne En ce qui concerne les études byzantines, la situation est très particulière : généralement il n’existe pas de filière spécialisée dans ce domaine d’études, et les étudiants suivent parfois des spécialisations à l’intérieur des cours de philologie classique, d’histoire de l’art ou d’histoire. Pour remédier à cette situation, une École d’été – la première dans son genre – a été mise en place à partir de 2009, et elle a connu un succès immédiat et immense : depuis, chaque année en Grèce, principalement à Thessalonique, l’expérience a été renouvelée avec pour but d’offrir à des étudiants en provenance du monde entier une formation dans toutes les disciplines afférentes à la byzantinologie (histoire, littérature, histoire de l’art, archéologie, droit, sigillographie, paléographie, codicologie, numismatique etc.). Les séminaires sont dispensés en français et en anglais par les meilleurs spécialistes ; les étudiants, auxquels une bourse d’études a été octroyée, ont ainsi la possibilité de former une véritable communauté constituée par ceux qui seront les futur.e.s enseignant.e.s et chercheur.e.s qui continueront à faire vivre la recherche dans le domaine de la civilisation byzantine : des étudiants ont participé à ces Écoles d’été, venant des quatre coins du monde : d’Australie, du Chili, des États-Unis, du Canada, du Mexique, de Russie, d’Arménie, de Turquie, du Japon, de Corée, de Chine, de l’Afrique du Nord, de Palestine et du Liban, ainsi que de tous les pays de l’Union Européenne et des Balkans. Actuellement, depuis 2018, c’est Thessalonique Byzantine qui a pris le relais pour perpétuer cette École d’été. Thessalonique, la deuxième ville de l’Empire, et Mistra, ville témoin de la gloire de l’empire byzantin, hébergent une École d’été qui souligne leur lien étroit avec leurs racines byzantines, dans une continuité de tradition qui font d’elles des véritables laboratoires pour la recherche en Byzantinologie.

En 2019 le sujet traité portera sur Les réseaux à Byzance. En effet, l’Empire byzantin n’était pas une société fermée, loin de là. Des multiples réseaux existaient, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Des routes commerciales étaient bien présentes dans tout l’Empire, héritage de l’époque romaine. Les commerces se faisaient autant par voie de terre que par mer, et des ports étaient en activité. Nous connaissons aussi des portulans qui servaient à faciliter le commerce, très florissant avec les voisins dans la péninsule balkanique, avec les Arabes au Sud et à l’est de l’Empire, avec les Occidentaux et les Russes. Si une partie très importante des commerces passait par Constantinople, des échanges existaient entre les villes byzantines, formant un réseau important et bien installé. À l’intérieur de l’État, les habitants étaient bien insérés dans des réseaux professionnels et de classe. Des organisations locales portaient les intérêts des citoyens, déterminaient parfois des revendications, comme dans le cas de la révolte des zélotes à Thessalonique. Quant à lui, l’État avait développé un réseau diplomatique très important et bien établi, et l’Église participait de cette mouvance en ce qui concerne les cultes des saints et le pèlerinage.

L’ambition de l’École d’été de Byzantinologie 2019 est justement de présenter et mettre en valeur tous ces réseaux, grâce à l’aide des meilleurs spécialistes dans le domaine, pour permettre aux étudiants qui y participeront de voir Byzance dans toute sa riche complexité.

Programme

Share This: